21 octobre 2014

Des démaquillants vraiment pas comme les autres


Au rayon démaquillage, on avait déjà le lait, l'eau, la mousse, l'huile, le baume, les lingettes, le biphasé... j'en passe et des meilleures. Autant dire que l'on était en droit de penser qu'il allait être difficile d'inventer de nouvelles gestuelles en la matière, mais c'était sans compter sur l'imagination toujours débordante des services recherche / développement des 4 marques dont je voulais vous causer aujourd'hui. Decléor, Sampar, Sephora et Ren ont en effet réussi à piquer ma curiosité avec des produits qui sortent un peu du lot et méritent je trouve qu'on s'y arrête un bref instant. De très bonnes idées marketing comme vous allez pouvoir le constater, mais est-ce que ça suit niveau formule et efficacité ? Pour le savoir, j'ai fais appel aux lueurs de la cosmétologue So, que vous connaissez sans doute sous sa casquette de blogueuse du côté de (de)maquillages. Les nouveaux démaquillants décortiqués par (de)maquillages, avouez que c'était une évidence ! On se lance dans les présentations ?




Keskecé ce truc ? Lorsque je rentre très tard d'une soirée, je vous avoue que je n'ai qu'une envie : rejoindre au plus vite mon pieu ! Dans ce genre de cas, je peux même battre tous les records de "déshabillage", 15 secondes top chrono me suffisent pour ôter tous mes fringues et me glisser sous la couette (et généralement, 15 secondes après, je dors déjà !). Autant vous dire que je peux donc parfaitement comprendre les femmes qui parfois succombent à la tentation de zapper l'étape du démaquillage, surtout lorsqu'elles savent en plus qu'elles ont sur leur visage un make-up du genre hyper tenace. C'est visiblement le cas de certains rouges à lèvres qui semblent coriaces à retirer puisque Sephora a jugé opportun de sortir un produit spécifique pour éliminer sans frotter le lipstick même le plus longue tenue. Il se présente dans un mini-tube dont on extrait, via le tube canule, ce gel transparent qu'on pose directement sur les lèvres. Et ensuite ? Bah ensuite, rien du tout, on attend 30 / 40 secondes durant lesquelles la formule est censée "dissoudre" le rouge à lèvres (cela fait un peu violent écrit comme cela mais l'idée générale est quand même là). Là, le gel se transforme en huile et il ne reste alors plus qu'à passer délicatement un coton, ce qui permet au passage de ne pas avoir avoir à frotter les lèvres comme une folle dingue. Autant vous dire que je ne sais pas si cela marche vraiment mais sur le papier, l'idée semble séduisante et le produit (vendu 7€) plutôt original.

Et So, elle en dit quoi ? "Ce "gel en huile" est destiné à éliminer toute trace des rouges à lèvres les plus tenaces. Pour la petite anecdote, il a été conçu suite au développement du rouge à lèvres Outrageous Rouge, une innovation Sephora tellement résistante qu'aucun démaquillant de l'enseigne n'était capable de l'éliminer (et tellement collant que malgré ses indéniables qualités de pigmentation intense et résistance jusqu'au bout de la nuit, je vous le déconseille totalement). Ce démaquillant à lèvres est-il innovant ? Pas vraiment. C'est une huile gélifiée somme toute très classique. Est-il efficace ? Redoutablement, grâce à sa forte teneur en huiles minérales (des huiles basiques mais connues pour leur efficacité démaquillante : isododecane et isononyl isononanoate). Est-il indispensable ? Non. Parce que vous n'achèterez pas le rouge à lèvres pour lequel il a été développé (quand je dis qu'il est collant, ce n'est pas juste "collant" comme un gloss, c'est "tellement collant que si vous embrassez votre mec vous lui arrachez les peaux mortes des lèvres") et que pour éliminer un maquillage particulièrement résistant / waterproof, on peut toujours se tourner vers de l'huile végétale type olive, tournesol, Isio 4..., même si les huiles minérales choisies dans la formule Sephora ont un degré d'efficacité démaquillante légèrement supérieur. Mais je ne vous le déconseille pas, c'est probablement un très bon produit. Disons qu'à 7€ les 15 ml, ça fait un peu cher."



Keskecé ce truc ? Bon, puisque nous en sommes à parler des huiles, je continue sur ma lancée avec cette nouveauté signée Decléor qui nous propose une huile... micellaire ! Étonnant concept que voilà mais c'est en tout cas l'idée du siècle en terme de marketing car elle réunit les deux galéniques qui connaissent les plus fortes progressions en terme de ventes. Je ne reviens pas sur le succès grandissant de l'huile démaquillante dont vous avez certainement du vous rendre compte mais en revanche, un mot rapide sur le succès des eaux micellaires autour desquelles je ne soupçonnais pas un tel engouement. Dans LSA (un magazine professionnel) que je lisais la semaine dernière, il y avait une interview hyper intéressante d'un mec de chez L'Oréal qui expliquait que "les eaux micellaires ne représentent que 7% du marché de la toilette mais que leur part de marché avait été multipliée par 7 en 4 ans". Du coup, quelle bonne idée d'associer sur ce flacon les termes "huile" et "micellaire" mais reste encore à savoir ce que cela veut dire en terme de formulation, et pour ça, je laisse les manette à Sophie qui a beaucouuuuuuuuuuuuup de choses à vous dire (et après, vous viendrez dire que c'est moi qui suis bavard !). 

Et So, elle en dit quoi ? "Cette huile "micellaire" est un joli coup marketing. Pas dans le sens malhonnête du terme, mais dans le sens où j'aurais bien aimé avoir eu l'idée moi-même. Car en réalité, c'est une huile démaquillante absolument conventionnelle, qui contient les mêmes types d'huiles et de tensioactifs que les autres, et fonctionne exactement de la même manière. Car ATTENTION RÉVÉLATION, toutes les huiles démaquillantes font des micelles quand on les rince à l'eau. Ceci mérite une petite explication technique.

Une micelle, c'est une micro-bulle de tensioactifs. Quand les tensioactifs sont dans un environnement aqueux, leurs parties grasses (on dit "queues lipophiles"), incompatibles avec l'eau (elles sont ""hydrophobes"), vont naturellement se regrouper entre elles, ce qui va donner une sphère dont la paroi, en contact avec l'eau, est constituée de leurs parties hydrophiles ("têtes hydrophiles") et l'intérieur constitué de leurs "queues lipophiles.
Une eau micellaire, c'est une eau qui contient des tensioactifs. En gros, c'est un gel douche dilué, bien moins détergent, et c'est pour cela qu'on peut éventuellement ne pas la rincer, qu'elle ne dessèche pas trop la peau et qu'elle convient aux peaux sensibles. Quand vous appliquez une eau micellaire sur le visage, les impuretés vont se loger à l'intérieur des micelles et être éliminées au moment du rinçage ou, si vous ne rincez pas votre eau micellaire, vont rester (plus ou moins) sur votre coton.

Une huile démaquillante c'est une huile avec des tensioactifs à l'intérieur. Il se passe donc l'inverse d'avec une eau micellaire : les tensioactifs se regroupent mais tête hydrophile au centre de la sphère et queue lipophile à l'extérieur. Quand on passe une huile démaquillante sur le visage, on a non seulement les tensioactifs qui vont capter les impuretés, mais aussi l'huile (c'est pourquoi elles sont souvent plus efficaces que les eaux micellaires). Quand on ajoute de l'eau au moment du rinçage, la texture devient laiteuse parce qu'il y a un déséquilibre et un repositionnement des tensioactifs qui en font une sorte de lait (une émulsion) : en gros ("en gros" parce qu'en réalité c'est un tout petit plus complexe mais je vais simplifier sinon je vais vous perdre - si ce n'est pas déjà fait), la micelle "lipophile" devient "hydrophile" et on se retrouve à peu près dans la même configuration qu'avec une eau micellaire, sauf que comme on une phase grasse en plus, le démaquillage est souvent un peu plus doux et encore plus efficace. Au final, toutes les huiles démaquillantes sont des huiles micellaires sans le revendiquer. Décléor a juste eu la bonne idée en inventant cette dénomination de surfer à la fois sur la vague des eaux micellaires ET des huiles démaquillantes. Chapeau bas."




Keskecé ce truc ? Lorsque j'écoute un peu les femmes dans mon entourage, j'ai souvent l'impression qu'elles apprécient vraiment le démaquillage à la mousse même s'il y a à chaque fois deux bémols qui reviennent : le fait que ça pique souvent les yeux et surtout qu'il faille procéder à un rinçage derrière l'application de la mousse. Mais comme le dirait une publicité pour un opticien que nous ne citerons pas : ça, c'était avant ! Car figurez-vous que Sampar a eu la bonne idée d'inventer "la première mousse démaquillante sans rinçage". Et comme une bonne nouvelle n'arrive jamais seule, on peut en plus l'utiliser sur la peau, les lèvres et les yeux. Franchement, que demande le peuple ?! Ajouter à cela la présence d'un actif détox chargé de redonner à la peau tout son éclat et vous obtenez, sur le papier en tout cas, un produit qui semble plutôt tentant. 19€ les 100ml, c'est en revanche pas donné cette affaire là mais maintenant que l'idée est là, nul doute que cela donnera des idées à d'autres marques et qu'on retrouvera sûrement des produits similaires dans quelques mois en grandes surfaces.

Et So, elle en dit quoi ? "Ils sont malins chez Sampar, ils ont réussi à créer une "eau micellaire moussante". Avec les avantages de l'eau micellaire (une bonne tolérance et pas d'obligation de rincer le produit grâce à une concentration moindre en tensioactifs) ET du gel nettoyant moussant (une belle mousse onctueuse que l'on peut masser sur le visage, malgré la faible dose en tensioactifs, grâce notamment à la pompe du flacon mousseur qui permet de "buller" le produit au moment de sa sortie). Cette innovation est en grande partie une question de dose en tensioactifs : dans un gel nettoyant moussant en tube, il y en a beaucoup ; dans un nettoyant moussant contenu dans un flacon mousseur, un peu moins (on voit que dans le flacon le produit est plus liquide qu'un gel nettoyant qui lui a une texture proche du gel douche) ; et dans une eau micellaire encore moins (du coup elle mousse très peu et nettoie un peu moins bien - essayez d'en mettre en flacon mousseur, vous verrez qu'elle sortira sous forme de mousse mais par contre dès que vous l'étalerez, la mousse se cassera instantanément, l'eau micellaire retrouvera sa forme liquide et il vous sera impossible de la masser pour éliminer le maquillage).

Le taux de tensioactifs de Nettoyage à Sec est probablement entre celui de l'eau micellaire et celui du nettoyant en flacon-mousseur, ce qui lui permet de donner une mousse suffisamment rémanente pour qu'on puisse se démaquiller tout en conservant l'avantage du non-rinçage spécifique aux eaux démaquillantes et encore jamais vu pour des démaquillants moussants. Avec une petite astuce de formulation secrète supplémentaire pour que ça ne colle pas quand on ne rince pas (et là je ne suis pas assez calée en formulation pour la deviner). Résultat : une réelle efficacité tout en douceur, et beaucoup de sensorialité. Mais je préfère vous conseiller de rincer ce démaquillant quand même, ne serait-ce que pour maximiser l'élimination des résidus de maquillage et diverses impuretés."



Keskecé ce truc ? Il est certain que comparé aux 3 autres nouveautés présentées à l'instant, celui-ci peut sembler un peu moins dingue mais je tenais quand même à vous la présenter car je trouvais qu'elle surfait plutôt intelligemment sur la tendance des lingettes démaquillantes qui vivote depuis 2/3 ans. Je passe rapidement sur la formule du produit à proprement parler, qui est très bien mais surtout très classique, pour m'arrêter juste un instant sur le mode d'utilisation. On applique donc cette crème sur tout le visage, avant de masser délicatement. C'est au niveau du rinçage que la serviette fournie avec le produit rentre en jeu. On la passe au préalable sous l'eau chaude pour s'en servir pour rincer le visage, ce qui j'imagine doit être bien plus agréable et rapide qu'un simple coton. Ce n'est d'ailleurs pas vraiment une première puisque je me souviens que Garancia (toujours précurseur) avait déjà lancé un concept similaire il y a quelques années, mais sans que cela ne déclenche d'initiatives similaires de la part d'autres marques. En même temps, je me dis que c'est peut-être un exemple parfait de fausse bonne idée car j'imagine parfaitement la tronche de la serviette au bout du troisième démaquillage, pleine de fond de teint, de mascara, de rouge à lèvres... S'il faut la nettoyer tous les 2 jours, risque de galère en perspective.

Et So, elle en dit quoi ? "C'est un lait démaquillant classique, à la composition plutôt naturelle, qui est très agréable à utiliser mais dont l'association au linge humide chaud ne sert pas à grand-chose, car contrairement à ce qu'il est indiqué, le passage de ce linge sur le visage n'ouvrira pas vraiment les pores, il faudrait une source de chaleur beaucoup moins furtive. Ceci dit c'est très agréable comme sensation, très délassant. Vous pouvez faire la même chose avec votre propre lait démaquillant et un gant de toilette propre."


Voilà, j'espère que ce billet vous aura plu et vous aura aidé à vous y retrouver dans ce flot de nouveaux démaquillants. Est-ce que peut-être certaines d'entre vous ont déjà eu l'occasion d'en essayer un des 4 ? Si c'est le cas, n'hésitez pas à partager votre jugement "pratique" sur le sujet ! Et sinon, quelle est l'innovation qui vous semble la plus intéressante, celle en tout cas qui vous donnerait le plus envie de l'essayer ? Côté démaquillage, vous en êtes-vous d'ailleurs ? Lait, eau, mousse, huile, baume, lingettes... ? Vous êtes fidèle à un produit chouchou -et si oui lequel évidemment ?!) ou continuez de papillonner en attendant le coup de coeur ultime 

19 octobre 2014

Ma chantilly pour le visage

 
Avant de vous parler plus en détails du produit que je voulais vous présenter en ce dimanche ensoleillé, un rapide mot quand même sur ce blog "nouvelle génération" (la dernière version datait du 1er novembre 2010, mon Dieu que ça passe vite) sur lequel j'aurais du indiquer "attention, peinture fraîche, faîtes attention avant d'entrer" ! Si vous faîtes partie des - nombreuses, je dois bien le confesser - personnes qui me "reprochaient" le fond noir qui apparemment vous décollait littéralement la rétine, vous allez pouvoir revivre puisque pour la première fois, cette Planète adopte un fond blanc. N'en déplaise à tous les opticiens de France à qui j'ai du ramener un sacré paquet de clients, cette planète sera dorénavant moins difficile à lire, indispensable de toute façon vue la longueur de certains de mes posts (pour mon côté très bavard en revanche, désolé mais j'ai bien peur qu'aucune mise à jour ne puisse y remédier !). Il me reste évidemment pas mal de petits changements à faire (bannière and co...) mais les travaux, c'est sur un blog comme dans un appart : je préfère procéder pièce par pièce sinon je ne m'en sors pas ! Bref, assez parlé de la forme, place au fond et à un produit que j'ai vraiment apprécié alors que j'ai pourtant bien failli passer à côté de lui...


Il y a quelques mois, une amie journaliste beauté m'a donné un petit sac de produits qu'elle avait mis de côté tout spécialement pour moi (merci encore si tu passes par là !). A l'intérieur, des cires et gels en tout genre (#mapassion), un sérum, des produits de rasage, un déodorant (vous pensez que je dois le prendre comme un message personnel ?!) et cette mousse nettoyante signée... Daniel Jouvance. Il aura donc fallu attendre mes 30 ans pour que j'essaye un produit de cette marque ! Et je dois bien confesser qu'il y a encore 3/4 ans, je n'aurais pas été très enthousiaste à l'idée de tester un de leurs soins, je trouvais la marque un peu "ringarde", en tout cas clairement ronronnante et aussi attirante que la perspective de devoir manger de la langue de boeuf. Mais j'avoue que depuis le petit lifting qu'elle s'est offert ces derniers mois, j'ai sérieusement revu ma position à son sujet. Le design est bien plus moderne, et surtout les produits sont plus fun comme l'était justement cette Mousse Écume Nettoyante qui se présente ni plus ni moins comme une mini-bombe de crème fouettée.


On l'utilise d'ailleurs exactement comme une mousse chantilly, à savoir qu'il faut bien secouer (le premier qui ajoute "parce que sinon la pulpe elle reste en bas" sort directement) avant d'appuyer sur le bouton pressoir d'où sort une mousse assez ferme. Oui, je sais que c'est paradoxal de parler d'une mousse ferme mais c'est pourtant bien le cas. Vous voyez quand vous achetez de la chantilly en grandes surfaces et que vous en mettez sur votre glace/crêpe/gaufre/yaourt - rayez les mentions inutiles - et que la mousse se tasse au bout de 10 secondes à peine ? Et bien là, c'est tout l'inverse, c'est plutôt comme la crème fouettée que vous allez avoir sur votre dessert au restaurant ou à la boulangerie, une vraie mousse bien généreuse et qui a de la tenue. Pas comme Nabila. Le truc pénible en revanche, c'est que comme la chantilly du frigo, il faut à chaque fois passer le bec sous un filet d'eau pour le rincer et le laisser propre jusqu'au lendemain (en tout cas, c'est ce que le maniaque que je suis préfère faire !).
 

Cette mousse généreuse est comme vous pouvez vous en doutez un pur plaisir à masser sur le visage mouillé, un véritable océan de douceur et je pèse littéralement mes mots. Ce que j'ai tout particulièrement apprécié, c'est que lorsqu'on procède à des mouvements circulaires pour nettoyer la peau, la mousse ne disparaît pas instantanément. On peut la "travailler" pendant presque une minute, ce qui est juste le temps qu'il faut pour me débarbouiller le matin donc c'est parfait ! En revanche, elle est justement tellement douce que, contrairement aux indications inscrites sur le flacon et qui préconisent de l'utiliser matin et soir, je ne m'en sers pour ma part que le matin. A ce moment, je considère que ma peau n'a pas besoin d'un énorme nettoyage sachant que je ne pense pas avoir un milliard de saletés qui viennent se coller sur ma tronche pendant mon sommeil (ou alors c'est qu'on me cache des choses). Dans ce rôle, cette mousse est parfaite. Mais le soir et après une journée dans la pollution parisienne, je préfère un nettoyant type gel, c'est sûrement psychologique mais c'est bien pour ça que je n'essaie même pas de lutter contre ce genre d'idées reçues inscrites au plus profond de mon inconscient !


Un rapide mot au passage sur son parfum car c'est quand même quelque chose d'important. J'avoue avoir un peu de mal à vous le décrire, sûrement parce que mon odorat n'est pas extraordinaire mais peut-être aussi parce qu'il s'agit simplement d'un parfum très discret. Vous savez sans doute que Daniel Jouvance est une marque marine, et je serais tenté de dire que cela se retrouve un peu dans cette mousse qui évoque un peu les embruns. En somme et vous l'aurez compris, c'est un produit que j'ai pris beaucoup de plaisir à utiliser et que je vous recommande donc sans réserve si vous êtes à la recherche d'un nettoyant visage aussi doux que ludique. Bien entendu, Daniel Jouvance étant une marque qui propose très régulièrement des soldes sur sa boutique en ligne, il faudrait être aussi bête qu'un candidat des Chtis de NRJ12 (ce qui avouons-le relèverait presque de la performance mondiale) pour l'acheter plein pot (12€). Zieutez plutôt les réductions s'il vous branche, il est d'ailleurs actuellement en "prix mini" sur le site où on peut se l'offrir pour 6€. C'est amusant d'ailleurs car en jetant un oeil sur les avis de consommatrices et dans les résultats d'étude évoqués par Daniel Jouvance, je me rends compte que c'est un produit qui pourrait aussi faire bureau (office, quoi) de... démaquillant ! Sur ce point, je me garderai bien de tout jugement mais si jamais l'une d'entre vous a eu l'occasion de l'essayer dans ce rôle, ça m'intéresse de savoir si ça vaut le détour ?


Commençant à vous connaitre un peu, j'imagine que le côté gourmand de cette chantilly pour le visage doit vous plaire ! Si vous aimez ce genre de produits, vous allez être servi(e) car pas mal de "douche chantilly" vont débarquer dans les prochaines semaines. Il y a déjà celles de Kneipp qu'on commence à trouver chez Monoprix, et bien sûr l'arrivée en France début 2015 de la marque Rituals dont je vous reparlerais d'ailleurs prochainement. Et sinon, pour satisfaire ma curiosité, est-ce que vous achetez vous des produits chez les marques classiques de vente par correspondance (VPC pour les intomes) comme Daniel Jouvance justement, ou encore Dr Pierre Ricaud, Fleurance Nature... ? Et si oui, y avez-vous fait de jolies découvertes ? Ou bien à l'inverse, est-ce que vous n'avez pas encore sauté le pas car vous avez l'impression - un peu comme moi pendant longtemps je dois bien l'avouer - qu'il s'agit de marques qui s'adressent à des personnes plutôt après 50 ans ?

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails